Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : François Giovangigli. Art contemporain.
  • : Blog sur le travail de François Giovangigli, installations, peintures, monuments provisoires. Présentation de tout son travail et de ses dernières recherches sur les an-atomiques et les an-organiques.
  • Contact

Recherche

Archives

/ / /
  Ne pas m'ennuyer, longtemps cela a été un moteur, maintenant c'est une incohérence. Je travaille sur l'image de l'homme face à la mort au travers du gisant. La conscience de la mort est la brèche anthropologique fondamentale et fondatrice. Son langage est celui de l'imaginaire, longtemps mis en oeuvre par le rituel. Celui-ci apparaît avec la sépulture. La pratique artistique y puise son origine; la mort est iconophile. D'ailleurs mes principales interventions ont lieu dans des édifices religieux désaffectés. En dérobant la mort, nos sociétés post-industrielles désorientent l'individu, la trajectoire de chacun étant construite par son origine et sa fin. Comme l'écrit René Girard "le fondement de la culture est le tombeau".
  Depuis 1990, je crée des oeuvres monumentales que j'appelle : Monuments Provisoires. Ce sont des tombeaux imaginaires, des étapes accidentelles d'un voyage funéraire. Le gisant en donne la dimension humaine et mystique. Les Monuments Provisoires sont des idées d'Architecture conçues pour la peinture, ce sont de grands polyptyques montés sur échafaudages, pensés en panneaux dissociés avec comme mesure de base trois mètres, pour permettre une inter-action entre les installations, la réutilisation de travaux antérieurs ou la restructuration d'une même oeuvre en propositions différentes. Ils sont toujours accompagnés d'oeuvres périphériques, qui peuvent être des travaux préparatoires, ou des oeuvres crées pour ou pendant l'événement dont elles seront la seule matérialité. Tous les éléments de tous les monuments provisoires peuvent se syntaxer comme dans un éco-système.
Ce processus de travail crée une oeuvre complexe. La finalité en serait un labyrinthe, j'en suis à la porte.

François Giovangigli, 1995.

Partager cette page

Repost 0
Published by